Contamination aéroportée au Covid-19 dans une salle de spectacle

Le rôle de la ventilation et de la production de chaleur - Une étude comparative par modélisation 3D


La pandémie de Covid-19 a mis à l’arrêt le spectacle vivant. Les salles de spectacle sont en effet, par définition, des lieux de rassemblement, de concentration de personnes. Le spectacle lui-même, et notamment celui proposé par un ensemble musical, qu’il soit instrumental ou vocal, s’est vu sujet à interrogation quant au risque qu’il représente d’être la source d’une propagation du virus.


Depuis l’été 2020, Andheo a d’abord travaillé sur cette question : la pratique musicale est-elle un facteur aggravant pour la transmission du Covid-19 ? Ces travaux s’inscrivent dans le cadre du Projet PIC-PIV (Protocoles pour les Instruments face au Coronavirus et Pratiques Instrumentales et Vocales) a été initié au printemps 2020 par un consortium d'institutions représentatives des métiers de la musique : la Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale (CSFI) regroupant les fabricants et vendeurs d'instruments de musique), l'Institut Européen des métiers de la musique (ITEMM) et les Forces musicales (syndicat professionnel regroupant les opéras et les orchestres permanents français).


Aujourd’hui, la question est posée du risque de transmission par voie aéroportée dans une salle de spectacle, et des moyens pour le minimiser. Qui dit voie aéroportée, dit flux d’air. On pense alors tout-de-suite à la ventilation. Mais est-ce le seul paramètre influant sur la transmission aéroportée ? Dans une présentation vidéo de 3 min, nous vous montrons que la production de chaleur joue également un rôle clé. Celle-ci provient du dégagement naturel de chaleur produit par le corps humain, mais aussi bien sûr de l’éclairage scénique.



Le paramètre d’analyse fourni par la modélisation 3D retenu ici est le LMA (Local Mean Age). Il représente une évaluation locale du taux de renouvellement d’air. Une zone à LMA élevé, si elle est associée à une source d’aérosols, est un lieu potentiel de sur-concentration particulaire, et donc de contamination.

Les conditions retenues dans cette analyse comparative sont les suivantes :

  • Volume : 1 000 m³

  • 100 places assises, taux d’occupation 50 %

  • Production de chaleur / personne : 75 W

  • Production de chaleur éclairage : 5 000 W, dont 70 % transmis à la scène



141 vues